NOUS AVONS PRIS NOTRE DÉCISION. Merci d'aller voir l'annonce, c'est peut-être l'annonce la plus importante du forum ici
fORUM FERMÉ, RENDEZ-VOUS SUR http://nothingelsematters.forumactif.com

Partagez|

Time of dying? | Sawyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

| Tigresse de Lost Reversed! |

avatar


Katherine Austen
• Inscrit(e) le : 30/10/2009
• Messages Postés : 2622


A b o u t. M e.
Côté Coeur & Amitiés:
You've got something to say?:
Dans mon sac à dos...:
MessageSujet: Time of dying? | Sawyer Dim 24 Oct - 21:02

ON THE GROUND I LAY
MOTIONLESS IN PAIN
I CAN SEE MY LIFE FLASHING BEFORE MY EYES
DID I FALL ASLEEP
IS THIS ALL A DREAM
WAKE ME UP, I'M LIVING A NIGHTMARE

I WILL NOT DIE (I will not die)
I WILL SURVIVE

I WILL NOT DIE, I'LL WAIT HERE FOR YOU
I FEEL ALIVE, WHEN YOU'RE BESIDE ME
I WILL NOT DIE, I'LL WAIT HERE FOR YOU
IN MY TIME OF DYING
Three Days Grace - Time of dying

Kate était à nouveau dans la jungle, elle avait eu besoin d'aller s'aérer l'esprit. Par chance, elle n'avait pas croisé personne encore. Pas de crétin de demi-frère, pas de types du bateau... et pas James. Il aurait préféré qu'elle reste au village, Kate le savait, mais du moment qu'elle était armée cette fois-ci, il ne dirait rien. Non? Enfin, c'était ce que Kate espérait. Quoique depuis que l'autre avorton avait clairement démontré qu'il voulait sa peau, James avait envie de s'en mêler. Kate n'était pas parvenu à lui faire promettre de ne pas s'en mêler. De toute manière, même si elle s'était entêtée, ils seraient encore entrain d'en parler. Et puis même si James lui promettait de la laisser régler ça toute seule, il ferait à sa tête... autant arrêter de perdre du temps en parlotte inutile. Parce que la jeune femme le savait, ni un ni l'autre ne changerait d'avis et ils camperaient tous les deux sur leurs positions. Ils ne s'en sortiraient pas en espérant que l'autre allait laisser tomber. Parce que ce n'était pas prêt de se produire, Kate ne le savait que trop bien. Et puis, il y avait Cassidy qui voulait s'en mêler. Qui s'en était probablement mêlée. Une autre histoire à régler en temps et en heure... mais pour le moment, le problème le plus important qu'il fallait chercher à résoudre ou tout du moins à trouver une solution temporaire, c'était bien celui que lui posait son demi-frère. Pour la millionième fois - sûrement! - en l'espace de deux jours, Kate se demanda encore pourquoi il n'avait pas eu la brillante idée de claquer dans le crash ou à la suite de ses blessures. Des tas de problèmes en moins, ça c'était certain!

C'était pourquoi Kate était partie en pleine jungle, histoire de s'aérer un peu les esprits... et d'essayer de trouver une solution au problème nommé "Declan". Il y en avait bien une qui lui venait en tête là tout de suite, mais... le tuer serait peut-être un peu radical selon elle. Et puis, ça ne serait pas des plus discret dans le village. Ça créerait aussi trop de complications si elle devait essayer de l'amener discrètement à la suivre dans la jungle pour pouvoir le buter. Et puis, faire sauter sa maison - même si ç'avait par le passé fait ses preuves - ce n'était pas une solution envisageable. Pour commencer, il avait une colocataire et cette dernière ne méritait pas de mourir, après tout, elle n'y était pour rien si elle vivait avec un crétin de la pire espèce. Et sans compter que le village ne comptait pas assez de maisons pour qu'on puisse se permettre d'en perdre une dans une explosion. Bref, même si l'idée était plus que tentante, il faudrait en trouver une autre. Le tuer serait une façon de se débarrasser de lui définitivement, mais trop compliqué. Pas dans un aussi petit village. Il lui faudrait donc trouver autre chose. Bien-sûr, Kate aurait pu en discuter avec James, il aurait peut-être eu une bonne idée, mais d'un autre côté... la brunette ne tenait pas à l'impliquer dans ses histoires.

La jeune femme en était là, perdue dans ses pensées lorsqu'elle entendit un bruit derrière elle. Comme si quelqu'un avait fait craquer une branche en posant le pied dessus. C'était tellement discret qu'il était évident pour Kate que ce n'était pas un des siens aussi porta-t-elle aussitôt la main à sa ceinture, là où elle gardait précieusement son arme. Elle n'eut cependant pas le temps d’attraper son arme, car quelqu'un se jeta carrément sur elle et la propulsa vers le sol où elle atterrit sur le ventre, l'autre sur son dos. La brunette tenta vainement de se dégager jusqu'à ce qu'elle sente que la personne qui était sur son dos se relevait afin de la retourner pour qu'elle lui fasse maintenant face. C'était l'autre abrutit d'asiatique de demi-frère. Il avait les traits déformés par la rage et il avait un couteau de chasse, identique à ceux de Locke, à la main et il le maintenait fermement sur la gorge de Kate... tout en l'avertissant que si elle tentait quelque chose de stupide, il lui trancherait la gorge sans aucune hésitation... mais c'était mal connaitre Kate que de croire qu'elle se laisserait faire comme ça. Il voulait la tuer? Parfait, mais ça ne voulait pas dire qu'elle ne se défendrait pas. Il devrait donc se battre s'il voulait avoir sa peau. Parce que Kate ne se laisserait pas tuer sans se battre jusqu'au bout.

Sans trop savoir comment, la jeune femme réussit à dégager un de ses bras et à forcer le poignet de Declan en le remontant vers le haut. Pas n'importe lequel, c'était celui qui tenait le couteau. Elle poussa tellement fort qu'elle sentit, les os et les muscles bouger sous sa paume... mais ça ne l'arrêta pas, elle entendit craquer et lorsqu'il lâcha enfin son arme, Kate sut qu'elle avait réussit à lui fracturer le poignet. Et elle n'en était pas peu fière! Prestement, elle bougea les jambes pour parvenir à se dégager et lui donna des coups de pieds qui parvinrent finalement à le repousser suffisamment pour qu'elle puisse s'éloigner de lui. Malheureusement, avant qu'elle ne puisse mettre la main sur son arme pour viser et tirer, il avait réussit à revenir à la charge... et dans la bagarre, il avait réussit à la poignarder à l'abdomen. La brunette réunit toutes ses forces et le repoussa violemment avec un solide coup de pied... et quand il revient une seconde fois à la charge, Kate avait réussit à sortir son arme... Elle le visa entre les deux yeux - elle savait viser, mais c'était un coup de chance - et tira. C'est avec les yeux ronds qu'elle vit la surprise d'abord se peindre sur le visage de Declan... pour le voir aussitôt s'effondrer sur le sol. Il était mort, c'était terminé... mais elle était mal en point.

Kate gémit et se redressa lentement pour tenter de constater l'ampleur des dégâts. Elle saignait, mais ça ne semblait pas trop grave. Bon, d'accord, elle n'était pas médecin - elle aurait probablement besoin des soins de Jack ou de Juliet - mais au fond d'elle-même, Kate savait qu'elle allait s'en tirer. Ça serait peut-être long, mais elle s'en sortirait... N'empêche, maintenant, il lui faudrait trouver un moyen de rentrer au village... mais avant, il fallait se débarrasser du cadavre. En soupirant, la jeune femme se redressa un peu plus pour se retrouver en position assise, mais ça faisait un mal de chien. En jurant tout bas, Kate ferma les yeux et décida de prendre une petite minute pour se reposer avant de tenter de se relever... mais elle perdit connaissance. Ce qui était peut-être pour le mieux dans la situation actuelle.

Et où il était James quand elle avait besoin de lui?


WHEN YOU LOVE A WOMAN YOU TELL HER
THAT SHE'S REALLY WANTED
WHEN YOU LOVE A WOMAN YOU TELL HER THAT SHE'S THE ONE
SHE NEEDS SOMEBODY TO TELL HER
THAT IT'S GONNA LAST FOREVER
SO TELL ME YOU EVER REALLY
- REALLY REALLY EVER LOVED A WOMAN?

Have you ever really loved a woman?Vidéo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

| Lost & Insecure |

avatar


James Ford
• Inscrit(e) le : 25/07/2007
• Messages Postés : 8234


A b o u t. M e.
Côté Coeur & Amitiés:
You've got something to say?:
Dans mon sac à dos...:
MessageSujet: Re: Time of dying? | Sawyer Dim 31 Oct - 0:56

La journée était plutôt avancée et le soleil, particulièrement haut dans les airs. James Ford était toujours là, à errer sur la plage aux côtés de Sarah en attendant de lui soutirer une information sur l’endroit où se trouvait Declan présentement. En fait, il n’était pas tout à fait concentré sur sa tâche; ses pensées se tournaient parfois vers le coup de feu qu’il venait d’entendre, comme si sa conscience essayait de lui dire quelque chose…Cependant, étant donné que l’asiatique représentait un danger sur pattes pour la brunette, il consistait présentement en sa priorité. Quelle que fut la victime de ce coup de feu, elle attendrait bien un petit moment. James sauta donc sur la première occasion pour se lancer à la course dans la forêt, fusil à la main, pour découvrir la source de ce boucan. Avec autant de vitesse que celle à laquelle il se déplaçait, ses pensées formaient divers scénarios sur ce qui avait pu se passer. Était-ce ces types du cargo qui attaquaient encore une fois, dans une tentative de vengeance pour le carnage que certains des leurs avaient accompli là-bas? Allait-il tomber en plein milieu d’une tentative de kidnapping de leur part? À cette seule pensée, il sentit son cœur battre à une vitesse folle et ses jambes accélérer sur le coup de la rage qui bouillait en lui. Il savait que si c’était réellement le cas, jamais il ne laisserait ces cons s’attaquer à ceux du village, aux survivants, particulièrement ceux auxquels il tenait le plus. Il n’en était pas question. Qu’ils s’attaquent donc à ces Autres pour changer un peu, ces types en qui James n’avait absolument aucune confiance. Quelques uns de plus ou de moins, cela ne lui ferait absolument ni chaud ni froid. Bien entendu, il s’efforçait tout de même de conserver cette précaire paix sur laquelle ils s’étaient tous les deux entendu, mais cet accord ne l’empêchait pas de les détester autant que son cœur le pouvait. Il avait également cette impression que ces Autres ne feraient pratiquement rien pour protéger les siens si jamais il arrivait quelque chose….alors pourquoi devraient-ils seulement se forcer à les protéger eux, ces sauvages?

En réalité, il y avait bien longtemps que Sawyer n’avait pas courut aussi rapidement, portant sur son épaule le poids de l’arme qu’il avait retiré de sa cachette depuis très longtemps. Il tentait de se convaincre que la situation qui l’attendait serait probablement bénigne, qu’il n’avait rien pour s’en inquiéter. Peut-être même était-ce un conflit qui avait éclaté entre deux types du cargo? En ce cas, James se contenterait de demeurer bien caché, en espérant que ces deux-là finissent par s’entretuer. Moins ils étaient sur l’île et plus ils se porteraient tous mieux, ça c’était quelque chose qu’il pouvait être sûr! Il arriva finalement sur place le souffle coupé, trempé de sueur à cause non seulement de sa course, mais également de la chaleur qui pesait sur ses épaules au même titre que son arme, son poids s’ajoutant à ce dernier. Enfin, il croyait que c’était l’endroit d’où était venu le bruit; il l’avait entendu il y avait de cela plusieurs minutes et il avait dû utiliser sa mémoire pour le retrouver. James jeta un regard autour de lui en haussant les sourcils, le fusil déjà prêt à lâcher une de ces balles mortelles. Même arrêté, sa respiration demeurait irrégulière à cause de sa course folle et il savait son cœur battre précipitamment du côté de ses tympans. Il mis rapidement tout ses sens aux aguets, histoire de repérer le moindre bruit de branche cassé ou la moindre forme colorée qui aurait pu apparaître devant ses yeux; depuis ce temps, James savait que la survie sur cette île pouvait dépendre d’un seul coup d’œil ou un seul son qui parvenait vaguement jusqu’à ses oreilles. Avec les nombreux incidents auxquels il avait dû faire face ces derniers mois, il n’était jamais trop prudent et ne sortait que rarement sans l’arme aux poings. Mais la réelle cause de cette….prudence supplémentaire était-elle vraiment les types du cargo et le danger de la jungle ou bien le fait que, pour la première fois de sa vie, il avait des personnes à protéger au village? Une famille à garder en sécurité? Peut-être un peu des deux, qui sait…

Sawyer n’eut pas besoin de regarder beaucoup plus loin avant de repérer une silhouette familière, en plein centre de la clairière. Une silhouette beaucoup trop familière même, à demi étendue sur le sol, seulement appuyée sur son coude pour se soutenir. Il pouvait entrevoir l’ombre de longs cheveux bruns qui coulaient en vagues le long de ses épaules. Un détail pourtant capta son attention; il y avait quelque chose dans sa position qui n’était pas normale, pas naturelle chez elle, outre le fait qu’elle était à demi couchée en pleine jungle. Quelque chose n’allait pas, c’était certain, un petit quelque chose qui ne fut qu’accélérer encore davantage les battements de son cœur. Damnit. S’Il fallait seulement que ces types aient touché à Kate….Plus James avançait, cependant, et plus il sentait l’inquiétude occuper son corps en entier, bourdonner dans ses oreilles, frissonner le long de son corps encore trempé de sueur. Bon sang. C’était devenu évident maintenant que ce n’était pas normal. C’est alors qu’il s’arrêta de nouveau, plus anxieux que jamais, quand un autre détail parvint jusqu’à son angle de vision; un corps était étendu sur le sol à quelques pas de la brunette, un corps qu’il n’avait pu apercevoir auparavant vu sa propre position dans la clairière. L’anxiété lui noua alors la gorge tandis que ses yeux, brillant plus intensément que jamais d’une lueur inquiète, se posèrent sur la brunette. Il n’avait pas besoin de se soucier de cet homme pour l’instant, qu’il ne pouvait reconnaître vu l’état de son corps baigné de sang et la position de ce dernier. En effet, son visage était déformé par un trou béant entre les deux yeux qui s’ouvrait devant lui comme la gueule d’un monstre. Tout le corps semblait baigner dans une marre de sang, pendant qu’il n’y avait aucun doute dans l’esprit de James que la balle n’était pas restée emprisonnée dans le cerveau. Effectivement, il devait y avoir un sacré trou sur le dessus de la tête pour que la cervelle de cet homme baigne ainsi hors de son corps, gisant sur le sol. Il se pencha vers la brunette et demeura complètement stupéfait par son piteux état. Bon sang. Comment avait-elle pu se mettre dans une situation pareille? Qu’était-il arrivé au juste? Pourquoi se retrouvait-elle ici? Il n’était pas docteur, loin de là, mais sa poitrine semblait avoir été percé par une sorte de poignard…son corps portait plusieurs échymoses…Bon sang de merde. Il lui semblait que plus il observait son état, trop inquiet et stupéfait pour dire un seul mot et plus l’inquiétude se creusait en lui. James posa une main sur l’épaule de la jeune femme et la vit grimacer alors qu’il s’était rapproché de sa blessure. Elle semblait plutôt profonde, faite par un couteau selon ce qu’il pouvait en dire. Ses yeux emplis de points d’interrogations passèrent pendant un court moment de la brunette à l’homme mort à quelques pas d’eux, posant une question silencieuse pendant que des hypothèses commençaient à prendre forme dans son esprit. Décidemment, il paraissait évident que cet homme avait attaqué la brunette et qu’elle avait tenté de se défendre. Voyant qu’elle n’avait pas dit un seul mot depuis qu’il était venu, il parla enfin.

« Damnit Freckles…What the hell did you do? Are you okay?» Sa voix était à peine plus forte qu’un murmure, où pointait une inquiétude certaine qu’il n’essaya même pas de dissimuler. Il savait plus que bien que peu importe ce qu’il ferait, elle le devinerait bien assez tôt. Quoiqu’elle ne semblait pas dans la forme pour deviner…Sa main, qui avait été posée sur l’épaule de la brunette depuis quelques minutes, glissa sur son corps fatigué pour se coller sur sa joue, comme une chaleur réconfortante. Son autre main tenait toujours son fusil, qu’il daignait à lâcher juste au cas-où il arriverait quelque chose. Il attendit un moment avant de continuer, comme s’il pensait que la brunette allait répondre, avant de répliquer lorsqu’il s’aperçut que ça ne serait pas le cas. « C’est les types du cargo, hein? Ils sont revenus dans le coin… » Cette fois, son ton fut plus assuré, presque agressif même, comme si la mention même de ces gens suffisait à amener la violence en lui. L’apparition de Kate sur son chemin venait d’effacer de sa mémoire ses recherches d’un peu plus tôt; il avait mis son sac à dos sur le sol, celui où il avait posé il y avait quelques heures la poupée de Clementine. Il jeta un nouveau coup d’œil rapide sur le corps avant de les replonger sur Kate, une énorme tendresse s’étant maintenant mêlée avec l’inquiétude. Bon sang. Il aurait du deviner que la brunette, malgré tout, ne resterait pas longtemps emprisonnée du village. Il la connaissait mieux que ça, non? Il aurait dû le savoir et agir….faire quelque chose, n’importe quoi, mettre cet instinct de protection de côté même. Et pourtant….il avait fallut qu’il laisse des trucs comme cela arriver, qu’il manque de la perdre, elle à cause d’une erreur. Ce n’était pas totalement sa faute à lui, bien entendu, mais il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il était en partie coupable pour celle-là….Et voila qu’il se retrouvait seul avec elle, en pleine jungle et sans docteur alors qu’elle était blessée. Survivrait-elle facilement s’il la transportait jusqu’au village? Qu’arriverait-il si elle mourrait dans ses bras? Sawyer écarta d’un geste ses pensées de son esprit; il s’interdisait d’y penser pour l’instant. Le village n’était quand même pas si loin…non? Et c’était la seule et unique solution….quoiqu’ils avaient également un cadavre sous les bras, ce qui n’était pas la meilleure des situations…

James glissa alors son bras sous celui de Kate, histoire de l’aider à se relever et de marcher quelques pas. Il ne la lâcha pas des yeux une seule fois, comme pour s’assurer qu’elle supporterait bien le changement de position. Il pouvait lire dans son visage qu’elle souffrait atrocement, aussi la ramena-t-elle vers lui dans un geste, avant d’allonger son bras autour d’elle, comme pour mieux la rassurer. Pendant un moment, Sawyer se contenta de rester ainsi; son bras rassurant autour d’elle, son corps mince ramené sur sa chaude poitrine musclée à lui. C’était comme un moment de détente après la tempête, durant lequel James n’osa pas parler au départ, ses cheveux à elle chatouillant agréablement le bas de son visage, son odeur familière pénétrant à plein régime dans ses narines. « Hey, it’s gonna be okay Freckles » commença-t-il de nouveau dans un chuchotement rassurant. « You’re gonna be alright. On s’en fout du type du cargo que t’a tué….il l’a mérité. Et il est mort maintenant, il n’y aura plus de problèmes…. » Il tentait encore de la rassurer; il savait que trop bien combien elle ne tuait que par obligation ou parce que la situation l’exigeait. Il savait que, comme n’importe qui, cette mort la troublerait, bien qu’elle tenterait probablement de le cacher. Pendant un moment, James sentit un certain soulagement l’envahir; peu importe combien elle était blessé, l’important était qu’elle était encore en vie non? Le village était près d’ici, il pourrait l’y emmener sans grande difficulté….Les choses ne pourraient que bien aller. M’enfin, s’il n’essayait pas là de se convaincre lui-même. « Tu penses pouvoir tenir bon jusqu’au village Shortcake? » dit-il, baissant cette fois son regard bleu vers elle. « C’est pas très loin et puis bon….pour une fois ce foutu doc va sûrement être là et pas partie jouer le superman » continua-t-il sur le ton de l’ironie, agacé comme toujours d’avoir réellement besoin de Jack dans ce genre de situation. Lorsqu’il prononça ses mots, il entreprit, dans un geste assez lent, de se relever, ainsi que Kate. Elle semblait assez fébrile sur ses jambes et s’appuyait le plus possible sur lui pour pouvoir tenir convenablement debout, mais au moins elle était levée. Il tenta d’ignorer la grimace qui se peignit sur son visage, signe de la douleur qui l’envahissait et toujours à l’attente d’une réponse de sa part. Ils firent tous les deux quelques pas, avant que Sawyer ne décide de s’arrêter pour la deuxième fois devant le corps, qui était réellement dans un état pitoyable. Il avait eu sa leçon; il pouvait être très dangereux de surprendre Kate, de la provoquer ou de la mettre en colère (^^). Ses yeux se posèrent de nouveau sur la brunette, un éclat d’inquiétude encore présent alors qu’il insista encore une fois. « Are you gonna tell me what the hell happened Freckles? ». Hey oui, il espérait que la brunette saurait lui dire la vérité cette fois, pour qu’il sache comment elle avait pu se mettre dans une situation pareille.




Time is gonna take my mind and carry it far away where I can fly
My eyes are on you they're on you and you see that I can't stop shaking no, I won't step back but I'll look down to hide from your eyes 'cause what I feel is so sweet and I'm scared that even my own breath Oh could burst it if it were a bubble and I'd better dream if I have to struggle so I put my arms around you around you and I hope that I will do no wrong my eyes are on you they're on you and I hope that you won't hurt me Dancing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lost-reversed.activebb.net

| Tigresse de Lost Reversed! |

avatar


Katherine Austen
• Inscrit(e) le : 30/10/2009
• Messages Postés : 2622


A b o u t. M e.
Côté Coeur & Amitiés:
You've got something to say?:
Dans mon sac à dos...:
MessageSujet: Re: Time of dying? | Sawyer Ven 5 Nov - 23:08

Depuis combien de temps était-elle allongée là ? Kate ne saurait le dire, mais ce qu’elle savait par-contre, c’était que ça faisait déjà un bon bout de temps. Elle s’efforçait de ne pas perdre connaissance et d’essayer de se redresser, mais elle en était tout bonnement incapable. Il lui fallait cependant trouver une façon de rentrer au village. Ce n’était certes pas très loin, mais suffisamment loin pour qu’elle ait besoin de toutes ses forces. Et puis elle saignait. Certes, elle avait pensé que Juliet ou Jack pourraient la soigner, mais maintenant… après bonne réflexion, elle y croyait moins. Elle venait de tuer de sang-froid l’un des siens. Son demi-frère, mais à l’exception de James, personne ne le savait. Qu’elle ait tenté de se défendre ou de se protéger ne les dérangerait pas lorsque viendrait le temps… Non, elle préférait donc s’arranger toute seule, éviter les médecins et éviter que tout le monde sache ce qu’elle avait fait. Bien-sûr, l’expliquer clairement et dire que c’était lui ou que c’était elle serait peut-être une solution envisageable, mais depuis le temps, Kate avait compris que personne n’irait la croire. Hormis peut-être ses amis… et encore. Elle ne se souvenait que trop bien de la réaction de tout le monde sur l’île lorsqu’ils avaient appris que c’était elle qui était avec le Marshall. Tout comme elle se rappelait très bien lorsque Jack l’avait obligée à dire ce qu’elle avait fait. Bref, ces expériences n’étaient pas vraiment de bons souvenirs et Kate préférait que les choses ne se compliquent pas davantage. Déjà que l’alliance avec les Autres était des plus précaires… Kate ne voulait pas que ça aille ajouter un peu d’huile sur le feu. S’il fallait que les Autres décident de vendre les Survivants parce que certains ne parvenaient pas à faire régner la paix, ça ne serait pas une bonne chose et ils seraient tous dans la merde. Alors non, il valait mieux que tout le monde ignore ce qu’elle avait fait. Non, ce qu’elle avait faire. Elle devait se rentrer dans la tête que c’était elle ou cet avorton de Jensen. Et puis, si Kate réfléchissait bien à la question, elle préférait grandement que les choses soient ce qu’elles étaient. Même si c’était sur cette île maudite, Kate avait maintenant une vie telle qu’elle l’avait toujours plus ou moins souhaitée. Une vie simple, un homme qu’elle aimait, un enfant qui était son fils et rien de moins ainsi que des amis. Non, il était hors de question de renoncer à tout ça à cause de l’autre crétin.

C’était ce à quoi elle avait réfléchit afin de garder l’esprit clair. Ne manquerait plus qu’elle tombe dans les pommes et que ceux du bateau ne la trouvent. Il fallait donc qu’elle se botte le derrière et qu’elle tente de se relever. C’était ce qu’elle était entrain de faire – sans grand succès – quand un mouvement près d’elle lui fit lever les yeux. Se concentrant pour regrouper ses forces et soulever son arme, elle ne réalisa pas que c’était James qui s’approchait d’elle. C’est lorsqu’elle sentit sa présence tout près d’elle que Kate leva les yeux… et poussa un petit soupir de soulagement avant de se laisser retomber doucement. C’était James. Il était là à ses côtés et franchement, c’était tout ce qui comptait. Mais comme elle ne parlait pas, James pris la parole et lui demanda ce qui s’était passé, ce qu’elle avait fait, si elle allait bien et si c’était les types du cargo. Trop d’informations en même temps pour le cerveau de Kate qui décida de se rebeller quelque peu, car elle n’assimila pas tout ce qu’il lui disait, mais le connaissant, elle se doutait cependant de la teneur de ses propos aussi fut-elle à peu près en mesure de lui répondre. Kate espérait seulement que ça serait ce qu’il voulait savoir.

- C’est mon… frère. Je l’ai tué. C’était lui ou moi, il voulait ma tête. Et je ne suis pas certaine que ça va. marmonna-t-elle, la bouche légèrement pâteuse. Dis… tu as de l’eau? demanda-t-elle en essayant à nouveau de se redresser, consciente que s’ils restaient là, ils étaient une cible trop facile.

Elle ne put s’empêcher de grimacer lorsqu’elle se vit se pencher sur sa blessure afin de la voir de plus près. Pour l’avoir examinée de près, Kate savait que ce n’était pas super jolie. Ça ne la tuerait pas, mais il lui faudrait des soins et peut-être même des médicaments. Faudrait donc en piquer à Jack ou à Juliet… parce que Kate avait toujours en tête de ne pas recourir à eux pour la soigner. Moins il y aurait de gens dans le secret, mieux ça vaudrait… et moins il y aurait de risque de le voir être répété à tout le monde. Sans compter que maintenant James y était mêlé et par sa faute. Décidemment, elle avait un sacré talent pour mettre la merde alors qu’elle ne voulait que protéger les gens qu’elle aimait. Ç’avait commencé avec sa mère et voilà que maintenant, c’était James qu’elle tenait à protéger… et voilà qu’il serait mêlé à ses histoires. Génial. Une autre belle journée où au final Kate aurait probablement mieux fait de rester cachée sous la couette. Ç’aurait probablement été mieux pour tout le monde. Quoique… d’un autre côté, elle ne pourrait jamais regretter ce qu’elle venait de faire. Certes, elle avait pris une vie, mais… c’était lui ou c’était elle. Et Kate avait maintenant une vie plus ou moins passible, mais une vie à laquelle elle tenait énormément. Elle n’avait donc aucun regret d’avoir tué ce sale type. Et si c’était à refaire, Kate agirait de la même façon sans avoir à y réfléchir. Son instinct de survie était bien développé… et il le resterait.

Lorsque James l’aida finalement à se remettre sur ses pieds, Kate gémit tout bas. Ils firent quelques pas et James ne la lâcha jamais, chose dont la brunette lui fut extrêmement reconnaissante, car s’il l’avait fait, Kate n’aurait sans doute pas pu tenir debout très longtemps. Ça ne faisait vraiment pas de bien de se faire poignarder. Et dire que dans tous les films qu’elle avait vus, elle avait pensé qu’ils devaient exagérer… et bah finalement, ils n’exagéraient peut-être pas tant que ça! Ça faisait un mal de chien et honnêtement, Kate se demandait comment elle ferait pour regagner le village. Ce n’était pas très loin, quelques minutes de marche en temps normal, mais Kate doutait de pouvoir y arriver sur ses deux pieds. Tout comme elle savait que James ne pourrait pas la porter jusque là. Déjà, à supposer qu’ils ne croisent personne, il devrait voir où il mettrait les pieds et Kate serait un fardeau. Et s’ils croisaient quelqu’un, c’en serait fait d’eux. Il faudrait donc – pour leur survie à tous les deux en cas de pépin – que James aie les mains libres. Ce qui voulait dire que Kate devrait prendre sur elle et marcher. Une véritable partie de plaisir!

… mais la jeune femme déchanta rapidement lorsque James fit référence à Jack et au fait qu’avec de la chance il ne serait pas allé jouer au héro dans la jungle. En effet, ça serait une chance, mais Kate refusait qu’il la soigne. C’était peut-être stupide de sa part, mais il ne valait mieux pas. Il voudrait savoir ce qui s’était passé et Kate savait d’avance qu’elle ne voudrait pas répondre. Et puis, le fait qu’il l’aie jugée comme il l’avait fait lorsqu’ils avaient fait connaissance avait quelque peu… servit à refroidir Kate. Après, elle n'était jamais réellement parvenue à se confier à lui, à lui raconter des bribes de son passé. Parfois, Kate avait même l’impression qu’il lui avait tourné le dos quand il avait vu qu’elle n’était peut-être pas aussi… parfaite qu’il l’aurait souhaité. Bref… Et puis, moins il y aurait de personnes au courant de ce qui venait de se produire, mieux ça serait. C’était ce qu’il ne fallait surtout pas oublier.

- On se démerdera comme on pourra. décréta Kate le plus fermement possible. On fera appel aux toubibs si on a vraiment pas d’autre choix et qu’on ne peut pas faire autrement. Et je t’avertis, Ford, fais le con et ramène Jack ou Juliet et ça va barder pour toi. ajouta-t-elle avant de se mordiller la lèvre inférieure pour ne pas jurer parce que le mouvement qu’elle venait de faire avait vraiment fait mal.

La brunette savait déjà que James serait contre cette idée, mais Kate n’en démordrait pas. D’accord, elle risquait les complications, l’infection et tout le reste, mais franchement, pour l’instant elle s’en fichait bien. Le plus important, c’était de se rendre au village et d’y arriver en un morceau. Pour le reste, elle s’en fichait bien. Avoir une cicatrice qui soit jolie ou non lui importait peu à vrai dire. L’important, c’était qu’elle soit toujours de ce monde et l’autre non. Comme ça, elle n’aurait plus à s’inquiéter du fait qu’il pourrait être assez bête pour aller s’en prendre aux gens à qui elle tenait le plus. Il restait toujours les personnes du cargo, mais tant qu’ils ne pouvaient pas arriver jusqu’au village et qu’ils ne s’en prenaient pas à eux, Kate se fichait bien d’eux. Le danger était au village et elle venait de l’éliminer. Ce crétin ne pourrait donc plus jamais la menacer de s’en prendre à ceux qu’elle aimait. Et ça, c’était ce qu’il fallait retenir de toute cette histoire.

- Si je ne crèves pas dans cette fouttue jungle, je vais avoir une jolie cicatrice quand ça va être guérit. T’imagine comment ça fera une belle histoire à raconter à nos petits-enfants plus tard? Comment leur Papy a réussi à retrouver leur Mamie en pleine jungle! Ça va être tout mignon! dit Kate en grimaçant une fois de plus alors qu’elle avançait lentement et que James ne la lâchait toujours pas. A son grand soulagement.

Elle espérait que James allait choisir d’en rire et de le prendre au second degré. Parce que oui, lorsqu’il s’agissait de choses comme la famille, le mariage ou les enfants, allez savoir pourquoi, James devenait nerveux. Bien-sûr, Kate le comprenait à quelque part parce qu’elle aussi avait déjà éprouvé ce genre de crainte, mais… ils se débrouillaient pas si mal, non? Certes, ils ne vivaient pas sous le même toit, avaient tous les deux un enfant, mais n’en demeurait pas moins qu’ils se débrouillaient plutôt bien et qu’aux yeux de Kate, c’était une chose positive. Ils formaient une petite famille un peu étrange, mais ça, jamais elle n’irait en parler à James. Enfin, pas tant qu’il n’en parlerait pas lui-même. C’était des plans pour qu’il la regarde comme si le soleil avait trop plombé sur sa tête et qu’il se demande si elle n’était pas devenue folle. Kate avait compris voilà longtemps que le secret avec James Ford, c’était de le laisser s’habituer et en venir lui-même aux conclusions qui s’imposaient. Avant qu’il ne le réalise lui-même, il protesterait et ne voudrait en aucun cas approuver. Surtout si on parlait d’une famille. Parlant de famille… Kate avait un membre de sa «famille» dont il fallait se débarrasser. Heureusement, les autres n’étaient pas comme lui. C’était déjà ça de pris.

- On… on ne peut pas le laisser là comme ça. souffla la jeune femme en détournant la tête pour ne plus voir le cadavre… qu’elle reverrait sûrement dans ses cauchemars pour les mois à venir. Il faudrait l’enterrer, s’en débarrasser. Le brûler si ça te chante, je t’avoue que je m’en fiche pas mal… mais il faut qu’on se débarrasse de la carcasse. ajouta Kate en tournant lentement la tête pour regarder James. Il ne faut pas que ceux du village le trouvent… parce qu’après, ça sera facile de remonter jusqu’à moi. souffla-t-elle, sincèrement désolée de le mettre dans le pétrin…

Tout comme il faudrait s’arranger pour supprimer toute trace de leur présence en ces lieux. Il fallait à tout prix que tout le monde croit que les types du bateau étaient responsables de la disparition de cet imbécile. Il ne fallait surtout pas qu’on remonte jusqu’à eux. Et dans le pire des cas, si on venait qu’à les soupçonner, Kate dirait tout simplement la vérité… et en laissant James hors de tout ça. Il n’avait pas à voir sa vie gâchée ou à la voir devenir compliquée par sa faute. Si Kate pouvait lui épargner ça, elle le ferait sans aucune hésitation. En tout cas, une chose était sûre, ce genre de… mésaventure saurait probablement la garder loin de la jungle… le temps qu’elle se rétablisse! Parce que non, ça ne serait pas le fait d’avoir faillit mourir dans ce trou perdu qui ferait en sorte que Kate se tienne loin de la jungle!


WHEN YOU LOVE A WOMAN YOU TELL HER
THAT SHE'S REALLY WANTED
WHEN YOU LOVE A WOMAN YOU TELL HER THAT SHE'S THE ONE
SHE NEEDS SOMEBODY TO TELL HER
THAT IT'S GONNA LAST FOREVER
SO TELL ME YOU EVER REALLY
- REALLY REALLY EVER LOVED A WOMAN?

Have you ever really loved a woman?Vidéo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

| Lost & Insecure |

avatar


James Ford
• Inscrit(e) le : 25/07/2007
• Messages Postés : 8234


A b o u t. M e.
Côté Coeur & Amitiés:
You've got something to say?:
Dans mon sac à dos...:
MessageSujet: Re: Time of dying? | Sawyer Mar 16 Nov - 23:44

[Désolée pour la longueur, j'étais vraiment dedans lol]


Entre deux mouvements, avant même que Kate ne lui révèle la raison pour laquelle il la retrouvait là, blessée et faible, James s’était retournée un moment en direction du cadavre. Il l’avait aperçu en arrivant mais, trop préoccupé par l’état dans lequel la brunette se trouvait, il n’avait pas pris la peine de l’observer de plus près. Son attention était maintenant retournée vers le type mort à quelques pas de lui; aussi plissa-t-il les yeux pour mieux pouvoir distinguer les peu de traits qu’il pouvait apercevoir de là où il était. En fait, la personne sans vie qui se retrouvait là était à peine reconnaissable tellement ses traits étaient figés dans la mort comme dans la pierre. Ce qu’il voyait semblait un mélange d’une haine profonde, mais d’une douleur probablement fatale. Son teint était devenu un peu plus grisâtre que d’ordinaire, ce qui renforçait l’impression de pierre. Sawyer remarqua assez rapidement que, bien que le corps semble être vide de sang, celui-ci entourait le corps comme une muraille entourant les châteaux Moyen-Âgeux. En fait, le nouveau mort baignait presque dans son propre sang, tout en dégageant une odeur particulièrement nauséabonde qui n’était rien pour inciter Sawyer à s’approcher de quelques pas de plus. Ses grands yeux bleus curieux d’identifier l’inconnu qui avait osé s’attaquer à Kate se rivèrent une seconde fois sur son visage, tentant de discerner certains détails qui auraient pu lui échapper tout en restant loin à cause de l’odeur. Il perçut des cheveux courts, noirs….des yeux bridés…Soudain, James se figea, comme si une révélation venait de le frapper comme l’éclair. Bon sang, ce pouvait-il que…? En quête d’une réponse, il se retourna vivement vers Kate, de plus en plus inquiet pendant que le scénario se construisait tranquillement dans son esprit. Le blond eut à peine le temps d’ouvrir la bouche que la brunette le prit d’avance, lui révélant de sa voix faible que ce corps qui reposait sur le sol de la jungle était bel et bien son demi-frère. Merde. Après tout ce qui s’était passé avec lui, après qu’il ait osé la frapper, la mettre dans un état tel qu’il ne l’avait rarement vu….s’en était terminé. Il était mort, ne vivait plus jamais, ne respirerait plus jamais, ne vivrait plus dans les traces de son père, ne harcèlerait plus avec ténacité Kate. Elle aurait la paix. Mais bon sang, le prix qu’elle devrait probablement payer pour cela, le poids qu’elle aurait sur les épaules dans les semaines à venir…Les yeux bleus de James se posèrent sur les siens, miroir de l’inquiétude qu’il ressentait toujours à son égard, encore plus après cette fameuse révélation d’ailleurs. Les siens, vert comme la forêt, continuaient d’éviter son regard, il pouvait sentir de tout son être combien elle semblait si perdue dans les derniers événements. Il pouvait sentir son désarroi, sa honte peut-être de ce qui s’était passé. Mais elle continua tout de même sur sa lancée, lui racontant presque que son demi-frère l’avait attaqué par derrière et qu’elle ne s’était que défendue. James se passa une main dans ses cheveux, soutenant toujours la brunette qui pouvait à peine rester sur ses jambes. Lui qui avait toujours été le premier à la taquiner sur ses manières un peu masculine et combien elle n’hésitait jamais à tuer ou blesser une personne qui lui nuisait ne savait plus quoi dire. Peut-être parce que les choses avaient changé depuis qu’ils étaient au village? Pourtant, il y avait toujours ces types du cargo, pour qui il n’avait aucun regret. Peut-être était-ce parce qu’Il savait exactement ce que cela représentait pour elle? Parce qu’il savait exactement ce que c’était que de tuer quelqu’un « par accident »? Ou bien parce qu’il savait que c’était le deuxième membre de sa damnée famille qu’elle tuait? Peu importait à présent.

« Attend là Freckles, hold on. T’es en train de me dire que ce foutu cinglé qui semble pas avoir rien à foutre d’autre de sa vie que de te courir après t’a attaqué par derrière en plein milieu de la jungle sans aucune raison? Et tu l’as tué pour te défendre, hein, pas pour mieux te débarrasser de lui dans le secret? » commença-t-il, confus, non pas sur le ton de celui qui accuse, qui veut rendre l’autre plus coupable, mais sur celui de l’homme qui veut mieux comprendre ce qui s’était passé. S’il y avait un homme capable de comprendre l’acte de tuer par vengeance ou par accident même ainsi que tout ce qui s’y rattachait, c’était bien Sawyer. Il savait ce que l’on ressentait, le poids de ce fardeau sur ses épaules. Et pareillement pour Kate. James connaissait la vengeance, la haine qui glissait dans les veines, qui pouvait bouillir pendant des mois, des années, avant de finalement exploser dans de dévastateurs feux d’artifices. Il espérait pourtant que la brunette, malgré tous les tourments auxquels ce clown l’avaient soumis, n’avait pas ce même désir de vengeance, de faire payer. Bien sûr, il la comprendrait que ce serait le cas; il ne voulait seulement pas la voir empreinte à de telles souffrances presque impossible d’éteindre rapidement, même bien après que cette vengeance soit accomplie. Il espérait que le but de cette mort n’avait seulement été que la défense et non pas un essai pour sauter sur les circonstances afin d’accomplir la vengeance désirée depuis un moment. En fait, James était plus que bien placé pour savoir combien la vengeance n’avait rien réglé; il l’avait vécue. Il se rappelait combien, après trente ans passée à n’avoir pour seul objectif que de tuer Sawyer, il s’était senti en plein désarroi après qu’il ait accompli cet acte, comme s’il ne savait plus quoi faire de sa vie. Comme s’il avait soudain été perdu. Le pire était que de tuer Sawyer n’avait même fait taire toutes les douleurs, tous les fantômes qui erraient en lui depuis des années. La haine qu’il avait portée à cet homme, celle qui lui avait donné la force de passer à travers les multiples épreuves n’avait en fait été la réflexion de son propre mépris envers les gestes que son père avait commis quand il n’avait encore que huit ans. Il ne s’était jamais admis qu’il détestait profondément son père, que c’était lui le véritable responsable de sa vie en ruines au cours des dernières années. Ce mépris qu’il avait transféré inconsciemment à ce Sawyer…

Bon sang. James se refusait à laisser Kate passer elle aussi à travers de telles épreuves; elle méritait beaucoup plus, elle méritait un bonheur qu’il ne pourrait probablement jamais lui apporter. Le blond sentit alors Kate bouger à ses côtés; elle tentait tant bien que mal de se tenir debout seule. Tout en déplaçant ses bras de façon à mieux à soutenir, James prit d’une main son sac à dos pour y retirer une bouteille d’eau, qu’il déposa dans une des mains de Kate pour lui permettre de boire à petites gorgées. « Voilà Shortcake » commença-t-il en déposant de nouveaux ses grands yeux bleus dans les siens. « Maintenant tu n’auras plus d’excuses pour pas me raconter ce qui s’est passé et pourquoi ce malade t’a encore attaqué » termina-t-il, serrant les dents d’une rage sourde envers ce foutu asiatique, bien qu’il ait parlé d’un ton doux. Son regard glissa de nouveau vers le corps à quelques mètres d’eux pendant qu’il grommelait de nouveau, des scénarios sur ce qui s’était passé prenant forme dans son esprit « Merde, si ce con était encore en vie…ça aurait été mieux pour lui qu’il soit le plus loin possible de moi. » Il l’aurait probablement découpé en petits morceaux, histoire d’en finir avec lui et pour éviter qu’il ne nuise à d’autres personnes du village, qui ne méritaient pas du tout des trucs pareils. Et James devait avouer qu’il pensait en premier à ceux qu’il aimait le plus; Clementine, Kate, Hurley, Juliet….

Il jeta un regard au cadavre avant que ses yeux ne reviennent vers la brunette; pour l’instant, son état était beaucoup plus urgent que ce mort. Après tout, il n’allait pas disparaitre d’ici deux minutes. Et puis…quelles étaient réellement les chances pour que, au cours des prochaines heures, une personne de leur village tombe sur ce corps et découvrent par hasard que c’était eux les responsables de sa mort? Presque aucune. Pour l’instant, même si cela le dégoûtait profondément d’avoir recourt à Jack pour ce genre de trucs, ils devaient tous les deux tenter de retourner au village sains et sauf. Ils devaient voir un médecin pour soigner Kate avant qu’elle ne perde tout son sang. Il fit quelques pas dans la clairière et s’apprêtait à ouvrir la bouche pour inciter Kate à voir un docteur quand cette dernière l’interrompu d’un ton sans réplique. Le blond lâcha un profond soupir d’exaspération; il s’était attendu à ce qu’elle refuse de voir Jack ou un quelconque médecin du village. Habituée à vivre dans le secret, il s’était dit qu’elle voudrait probablement éviter le plus possible de révéler la vérité si elle mettait trop de personnes dans le clan. Et pourtant…merde, il y avait des limites quand même à garder un secret quand ta vie en dépendait. En plus du fait que James faisait entièrement confiance à Juliet, par exemple, pour qu’elle ne les trahisse pas. Et puis…qu’est-ce qui les empêchait de glisser un petit mensonge à Jack, histoire qu’il ne sache pas toute la vérité? James fixa son regard sur Kate, faisant de son mieux pour faire passer toute l’intensité dont il pouvait être preuve, comme pour mieux lui montrer qu’il ne supportait pas cette idée, loin de là. « Si on a vraiment pas d’autres choix? » commença Sawyer en imitant avec exagération ses paroles. « Non mais merde, Freckles, qu’est-ce qui te prend au juste, t’es suicidaire? J’Espère pas, sinon je te jure que tu auras affaire à moi. » Il aurait aimé pouvoir lui faire ressentir la colère qu’il aurait voulu ressentir, mais ce n’était pas le cas, bien qu’elle perça tout de même. Non, James était inquiet. Inquiet de voir le misérable état dans lequel Kate était, en plus du fait qu’elle refusait obstinément de voir un médecin. Non mais elle était tombée sur la tête? « T’a vu dans quel état que t’es? Tu peux pas errer dans la jungle comme ça pendant des heures merde, tu te vides de ton sang! Et puis je m’appelle pas Jack moi, j’étais arnaqueur, pas un foutu chirurgien de je-sais-plus-quoi! » Il espérait que Kate se laisse convaincre ainsi d’aller voir un docteur, mais il n’avait que peu d’espoirs. Il savait plus que bien que la brunette avait tendance à démontrer une tête de cochon hors de l’ordinaire. Cependant, James était frustré. Frustré de son comportement de tête brûlée qu’il ne connaissait que trop bien et que, malheureusement pour elle, il possédait aussi. Frustré de la voir dans un état si misérable, le corps couvert d’hématome et du sang qui coulait et qu’elle se laisse souffrir ainsi. Lorsqu’elle parla un peu plus en insistant pour ne pas qu’il ramène Jack, le blond ne put s’empêcher de soupirer encore une fois, bien que sa tête dure l’amusait un peu. « T’inquiète Freckles, je vais pas te ramener Jack ou Juliet. On va retourner au village et LÀ essayer de trouver un de ces foutus docteurs » répliqua-t-il sur un ton et un regard qui n’autorisaient aucune réplique; elle en avait une bonne idée, mais elle verrait encore mieux combien il pouvait être têtu le James.

James l’avait empoigné avec un peu de plus fermeté pour faire plusieurs autres pas de plus, prenant soin de vérifier régulièrement qu’elle ne souffrait pas trop et de voir la réaction à sa dernière réplique. Il avait fait quelques pas quand Kate prit de nouveau la parole d’un ton faible, mais beaucoup trop léger et amusé compte tenu des circonstances. James s’était soudainement arrêté pour poser ses yeux dans ceux de Kate, étonné. Il avait posé ses yeux bleus dans les siens et ne put empêcher de la regarder avec incrédulité, mais sans pouvoir empêcher un certain sourire amusé de se peindre sur ses lèvres, un peu divisé sur la réaction à avoir. Ses fossettes se creusèrent à cette réaction et il dut avouer que sourire lui fit un peu de bien malgré la situation; ces dernières minutes étaient tellement dramatiques qu’il s’était surpris de pouvoir un peu décompresser.

« Oula, Freckles, tu peux me dire si tu as fumé un truc louche ou bien si c’est le sang qui te fait cet effet-là? » commença James sur ce même ton toujours inquiet, mais tout de même amusé. « Non mais pour délirer comme ça, c’est le temps que tu vois un docteur » continua-t-il, cette fois une teinte de moquerie s’ajoutant dans sa voix. Il savait bien que ce n’était pas le bon moment, mais il ne pouvait pas s’en empêcher et ne pas entrer dans son petit jeu. « Tu comptais aussi raconter ce qu’on faisait pendant nos soirées feux de camps et guimauve? » répliqua-t-il moqueusement pour tenter de la taquiner un peu. Il s’était remis à avancer et il pouvait sentir avec satisfaction la distance entre eux et le corps s’agrandir. Bien qu’il soit sans vie, James avait l’impression qu’il finirait par perdre les nerfs si jamais il restait près trop longtemps. Et puis bon….il voulait laisser cet épisode derrière lui quoi, comme tout le monde aurait fait à sa place. Sa dernière réplique était également une tentative pour se moquer de sa vue dans le futur, qui lui paraissait tellement éloignée maintenant. Il n’avait jamais été du type grande famille, il n’avait jamais osé tenter de s’imaginer un futur qui lui plairait, où il serait heureux, parce qu’il avait toujours pensé que ce n’était pas pour lui, que cela ne serait qu’une illusion. Il croyait si durement qu’il n’était pas fait pour avoir une vie normale, avoir une famille, un chien, des enfants….Et voila qu’il vivait dans un village, bien que cela soit sur une île, et qu’il devenait de plus en plus proche de sa fille, à qui il tenait énormément. Bref, James était heureux sur cette île, malgré toutes ses volontés pour retourner dans le monde réel. Les femmes de sa vie, les personnes les plus importantes pour lui, étaient toutes au village avec lui. Mais pourtant….il lui était toujours difficile de se projeter dans le futur, comme si le blocage qu’il avait depuis de nombreuses années était toujours présent, le hantait sans arrêt. De façon naturelle qui allait de pair avec son ton chargé de sous-entendus, James s’était rapproché de la brunette; le courant légendaire qui flottait entre eux semblait s’être soudain éveillé et le blond se demanda combien de temps il pourrait résister à l’envie de goûter chaque parcelle de sa peau. Non, mais on se calme les hormones, il devait penser au fait qu’elle était blessée…^^

James, toujours un léger sourire au visage, avait recommencé à avancer. L’état de Kate semblait toujours aussi pire qu’auparavant, mais au moins avait-elle toujours la tête à rire. Ou faisait-elle semblant d’avoir la tête à rire. Ils avaient encore quelques mètres de fait quand Kate, sur un ton plus sérieux cette fois, repris une nouvelle fois la parole. Sawyer fut de nouveau étonné et s’arrêta, jetant un regard interrogateur à Kate. « Wo, attend là Freckles. Tu veux qu’on retourne en arrière et qu’on perde encore quelques heures avec ce chinois? » commença-t-il, avant de voir sur le visage de Kate qu’elle était parfaitement sérieuse. « T’es sérieusement en train de délirer là. On s’en fout de lui, il peut pourrir là, les animaux d’ici vont s’en charger et il aura sûrement fait la seule bonne action de toute sa vie, servir de bouffe aux ours » répliqua-t-il sur un ton sarcastique, mais emplit de haine pour cet homme qui n’avait fait que leur donner des problèmes. « Donne-toi surtout pas des problèmes de plus à cause de lui… » Kate lui fit alors part de ses véritables inquiétudes, complètement compréhensibles en fait. James soupira et, comme si leur contact rapproché pourrait à lui seul la rassurer, il la poussa un peu plus contre lui. Bon d’accord, il n’avait rien pour se plaindre et puis, il devait admettre qu’il agissait de cette manière autant pour se convaincre lui-même…et tenter de convaincre Kate que l’urgence, pour l’instant, était de la soigner elle tandis qu’elle était encore vivante. James approcha son visage du sien, qui étaient maintenant à quelques centimètres seulement de distance. Bon sang, la situation avait beau être légèrement….morbide, il ne pouvait contrôler le fait que cela ne le laissait pas sans effet, bien au contraire. Le silence tomba un moment entre eux, avant que James ne reprenne la parole sur un ton doux, rassurant. « Hey Freckles, everything’s gonna be alright. Il y a combien de chances dit que, même si on va au village quelques heures, quelqu’un des nôtres tombent justement sur le corps, hein? Et qu’est-ce qui pourrait les faire remonter à toi? Qui savait qui il était réellement, seulement moi et Cassidy? Franchement Shortcake….je retournerai dans la jungle pour m’en occuper dans quelques heures si tu y tiens, te préoccupe pas avec ça » termina-t-il. Il savait très bien qu’elle s’objecterait à ce qu’il revienne pour Declan et se mette dans le trouble pour elle. C’est pour cette raison qu’il ajouta « Et viens surtout pas dire qu’en faisant ça, je vais me mettre dans le trouble. Je suis DÉJÀ dans le secret Freckles, je peux pas l’être plus que ça. » Son ton semblait sans réplique, mais il était persuadé que Kate trouverait encore moyen pour répliquer, justement, peu importe les excuses. Comme pour s’assurer qu’elle n’ait plus rien à dire, James, la supportant toujours, recommença à avancer vers le rebord de la clairière, espérant que la brunette tiendrait le coup.



Time is gonna take my mind and carry it far away where I can fly
My eyes are on you they're on you and you see that I can't stop shaking no, I won't step back but I'll look down to hide from your eyes 'cause what I feel is so sweet and I'm scared that even my own breath Oh could burst it if it were a bubble and I'd better dream if I have to struggle so I put my arms around you around you and I hope that I will do no wrong my eyes are on you they're on you and I hope that you won't hurt me Dancing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lost-reversed.activebb.net

| Tigresse de Lost Reversed! |

avatar


Katherine Austen
• Inscrit(e) le : 30/10/2009
• Messages Postés : 2622


A b o u t. M e.
Côté Coeur & Amitiés:
You've got something to say?:
Dans mon sac à dos...:
MessageSujet: Re: Time of dying? | Sawyer Jeu 25 Nov - 17:26

Sur le coup, sincèrement, Kate eut envie d’envoyer James chez le Diable. C’était vraiment sur le coup, car lorsqu’elle prenait deux petites secondes pour laisser le temps à l’information de se rendre jusqu’à son cerveau, Kate comprenait qu’il voulait simplement être sûr de ce qui se passait. N’empêche, à quelque part, c’était légèrement... insultant de le voir se poser la question. D’accord, il était inquiet, Kate pouvait voir la petite lueur dans ses yeux, mais il n’en avait pas à s’en faire. Elle n’était pas bête au point de se venger en tuant quelqu’un. Si elle l’avait fait par le passé, c’était pour se protéger… ou protéger les gens qu’elle aimait. Jamais Kate n’avait tué quelqu’un par vengeance, ce n’était pas son genre. Enfin, peut-être que si, mais elle ne le savait pas et franchement, elle ne souhaitait pas l’expérimenter de sitôt. Tuer quelqu’un pour protéger les siens, Kate n’avait aucun problème avec ça, mais ça ne voulait pas dire que ça ne la hantait pas par la suite. Et concernant le fait de se venger de ce jeune abrutit de Declan, non, ce n’était pas l’intention de Kate… même si elle s’était jurée de le garder à l’œil. Et puis, non, ce n’était pas dans ses habitudes de se venger. Sans compter que Kate savait à quel point ça pouvait gâcher une vie. Il n’y avait qu’à voir comment la vengeance avait empoissonnée la vie de James pour ne pas avoir envie d’en passer par là. Quoique… Kate ne pouvait pas savoir ce que la vie lui amènerait comme embûche. Si on s’en prenait aux personnes qu’elle aimait le plus, il y aurait fort à parier qu’elle ne serait jamais capable de passer à autre chose avant de savoir que la personne responsable de ce carnage ne l’aurait pas payé. Bref, c’était peut-être en elle plus qu’elle ne le croyait et James avait peut-être vraiment raison de s’inquiéter. N’empêche, pour le moment-là n’était pas la question! Kate n’avait jamais voulu se venger, elle avait voulu sauver sa peau, rien de moins.

- Tu crois vraiment que je ne me serais pas arrangée mieux que ça si j’avais voulu me débarrasser de lui? Et je l’aurais entraîné beaucoup plus loin que ça. Voyons. Tu me connais mieux que ça quand même! s’exclama la jeune femme avant de grimacer à nouveau à cause de la douleur. Mais tu ne me feras jamais dire que je regrette qu’il soit mort par-contre. ajouta-t-elle en le regardant droit dans les yeux. Tu sais que je pourrais vraiment mal le prendre si tu pensais que je m’étais débarrassée de lui de façon aussi malhabile? ajouta-t-elle avec un petit sourire quelque peu forcé.

Elle tentait de montrer que ça ne l’affectait pas plus que ça, mais c’était faux. Kate savait que cette scène, elle la revivrait souvent durant les prochains mois, mais c’était un détail. Sa conscience la travaillerait, mais elle serait la plus forte. C’était elle ou lui, Kate le savait et elle ne perdrait pas de temps à regretter ou à avoir des remords. Et concernant le fait de ne pas regretter sa mort, ça, il ne fallait pas que James en doute un seul instant. Si ce crétin de Declan avait fait mine de vouloir s’en prendre aux rares personnes que Kate aimait vraiment, elle n’aurait eu aucun scrupule à le faire passer de vie à trépas. Il était décidément fait du même bois que son père. Au moins, il n’avait pas eu le temps de faire trop de remue-ménage dans le village ou de s’en prendre aux siens. C’était déjà ça de pris. N’empêche, elle était maudite au niveau de la famille. Après son géniteur, voilà qu’il fallait que son demi-frère y passe par sa faute. Quoique celui-là, il l’avait bien cherché. Il avait eu ce qu’il méritait, voilà tout. C’était donc ce qu’il fallait qu’elle garde en tête pour les années à venir. Parce que si elle laissait le douter s’insinuer dans son esprit, elle était perdue. Et ça, il ne fallait pas que ça se produise parce que ça gâcherait sa vie. Et Kate avait trop de choses importantes, de gens importants dans sa vie pour tout gâcher. Pas maintenant qu’elle avait une vie plus ou moins stable, chose dont elle avait toujours rêvée.

Cependant, ses réponses ne devaient pas réellement convaincre James si Kate en croyait les questions qu’il lui posait. Si elle ne l’avait pas connu autant, la jeune femme aurait pu être portée à croire qu’il la cuisinait pour avoir des réponses. D’ailleurs, Kate tentait de garder son calme pour ne pas envenimer les choses, mais ce n’était pas simple. Ils avaient tous les deux des tempéraments combatifs et Kate ne voulait pas qu’ils se prennent la tête à cause d’un crétin qui n’était plus de ce monde. N’empêche, lorsque James lui demanda pourquoi l’autre l’avait suivie en pleine jungle, elle ne put s’empêcher de grogner… et d’accepter la bouteille d’eau qu’il lui tendit. Après avoir pris une longue gorgée d’eau, Kate tourna la tête vers James et soupira. Elle avait conscience qu’elle ne pourrait pas couper aux explications qu’il attendait. Kate savait qu’il allait la croire, mais elle n’aimait pas avoir l’impression de se justifier… même si ce n’était pas ce que James voulait qu’elle fasse. Il voulait simplement comprendre comment l’autre avait pu être assez stupide pour la suivre comme ça en pleine jungle et se jeter sur elle. Le problème, c’était que Kate n’en avait aucune espèce d’idée!

- Je ne sais pas moi pourquoi il m’a suivie jusqu’ici! Il… il a peut-être pas digéré que je lui ai donné un bon coup de genoux dans les bijoux de famille? Je sais qu’en général vous n’aimez pas vraiment ça… mais merde, il était trop près pour que je lui mette mon poing dans la figure. Je me suis arrangée avec les moyens du bord, c’est tout! Vas savoir ce qui lui est passé dans la tête qu’il m’a sauté dessus! Quand il m’a mis son maudit couteau sur la gorge, j’ai pas cherché à lui demander ce qu’il me voulait! Et je suis prête à parier que tu n’y aurais pas pensé toi non plus.

Non, mais franchement, c’était d’un ridicule! Comme si Kate allait perdre du temps à lui demander pourquoi il en avait encore après elle et pourquoi il l’avait suivie. Sur le coup, elle avait eu légèrement plus important à faire. Rester en vie était sa priorité sur le moment. Elle ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire lorsque James dit quelque chose comme que c’était une chance pour Declan d’être mort parce qu’il l’aurait découpé en morceaux s’il s’était tenu près de lui. Ah ça, non, Kate n’en doutait pas. James avait un instinct de protection envers les gens qu’il aimait qui frisait parfois la folie. Et dire que longtemps, il avait cru qu’il était préférable pour lui de se tenir loin des autres, de faire en sorte qu’ils le détestent tous… Comme il s’était trompé. Il était un homme bien et ça, personne ne ferait dire à Kate le contraire. Il était toujours là pour les autres, il prenait le temps de réfléchir à la question plutôt que de foncer tête baissée… Alors oui, si Declan était toujours de ce monde, il aurait eu beaucoup à faire pour ne pas se retrouver avec un fou furieux sur les talons à le traquer pour avoir sa tête. Bon, ça, c’était en supposant que James savait maintenant suivre une piste…

Juste à l’entendre l’imiter en répétant ce qu’elle avait dit au sujet des médecins, elle pouvait déjà dire qu’il était totalement contre son idée. D’un autre côté, Kate l’avait su avant même de lui en faire part. Mais elle tiendrait son bout aussi longtemps qu’il le faudrait. Il ne fallait pas que trop de gens sachent ce qui s’était passé et ça, elle n’en démordrait pas. Tout comme elle savait déjà que James ne démordrait pas de l’idée de lui faire voir un médecin. Il serait prêt à lui raconter n’importe quoi pour qu’elle finisse par capituler et dire comme lui. Aller inventer des histoires pas possibles à l’intention de Juliet ou de Jack, il en serait capable, Kate ne s’en faisait même pas pour ça… mais elle savait qu’un des deux médecins serait… suspicieux. Jack n’irait jamais croire James sur parole. Pas si c’était pour elle. Et puis, il n’était pas bête non plus! Il saurait faire la différence entre une chute sur un caillou pointu et un coup de couteau!

- Neurochirurgien. marmonna Kate en baissant les yeux sur le sol lorsque le blond lui dit que lui, il était arnaqueur et pas médecin. Elle savait que James ferait à sa tête et que si elle s’entêtait de son côté, il serait bien capable de l’assommer pour la mettre sur son épaule et la trimballer jusqu’au village afin qu’elle finisse par se faire soigner. Je ne veux pas mêler Juliet ou Jack à mes problèmes. Je t’avertis, Sawyer, ça va aller mal si tu as le malheur de les mettre dans le coup.

Ça faisait longtemps que Kate ne lui avait pas donné du Sawyer… Ça la surprenait elle-même soit dit en passant. Sinon, les chances de remporter cette manche-là étaient de l’ordre du plus que minime, elle savait combien il pouvait se montrer entêté quand il le voulait… mais James Ford n’était pas le seul à avoir une tête de mule et ça, il l’apprendrait à ses dépens s’il décidait de n’en faire qu’à sa tête. Kate aussi pouvait décider de se mettre de la partie. Quoique… si jamais ils ne pouvaient rien faire sans l’aide d’un médecin, Kate n’aurait pas le choix d’accepter de se faire soigner. Et elle s’imaginait sans trop de mal l’air victorieux que James ne manquerait pas d’afficher avec un «Je te l’avais bien dit» qui énerverait Kate à un point… Bref, ça ne servirait à rien de se disputer dans la jungle pour savoir qui gagnerait cette manche-là. Autant garder leurs forces pour la vraie discussion corsée qui reviendrait sur le tapis lorsqu’ils seraient enfin au village et que James s’obstinerait à vouloir aller chercher les toubibs.

En espérant qu’ils ne se disputeraient pas pour ça. Quoique… Ça serait la première dispute qu’ils auraient en trois mois. Incroyable, mais vrai, ils ne s’étaient pas encore disputés depuis qu’ils avaient convenu de faire un effort pour que ça fonctionne. Est-ce que ça voulait dire qu’ils auraient une chance de voir leur relation durer? James en serait le premier surpris. Kate savait qu’il ne pensait pas pouvoir la rendre heureuse. Oh, il ne le lui avait jamais dit, mais elle le connaissait suffisamment pour savoir qu’il ne se croyait pas capable de vivre une relation à long terme sans que ça tourne au vinaigre. Du côté de la brunette par-contre, c’était différent. Elle le savait capable de faire en sorte que ça fonctionne s’il le voulait vraiment. Certes, elle n’était pas bête au point de croire qu’ils ne se disputeraient jamais, mais elle espérait que les bases qu’ils avaient passés trois mois à construire seraient assez solides pour que tout ne s’effondre pas à la première tempête. Non! Elle s’interdisait de penser à de telles choses! Ils étaient suffisamment forts pour passer au travers et envisager l’avenir sereinement. Le plus possible. Si James n’avait pas confiance en leurs chances de réussir, Kate, elle, avait confiance pour deux.

Elle fut cependant heureuse de le voir embarquer dans son jeu lorsqu’elle parla de leurs petits-enfants. Il aurait pu la traiter de folle, lui dire qu’elle perdait les pédales en plus de perdre du sang, avoir la trouille et se fâcher, mais non. Il avait choisi d’en rire. D’accord, ce n’était pas comme s’ils avaient prévu d’avoir cinq enfants ensembles à plus ou moins long terme ainsi qu’une ribambelle de petits-enfants, mais quand même… L’idée était quand même séduisante. Kate se voyait bien dans sa chaise berçante au coin du feu avec James à ses côtés qui lisait un de ses bouquins avec ses lunettes sur le bout du nez. Elle n’irait jamais le lui raconter, mais n’empêche, elle ne pouvait pas s’empêcher de croire que ça pourrait un jour être chose possible… et que James serait le premier surpris de voir que ça le rendrait heureux.

- Ah! Lâche-moi avec ton docteur! Et puis, j’ai rien fumé, d’abord. D’ailleurs, ils ne seront pas cons s’ils tiennent un peu de nous tu sais. Ils vont bien se douter de ce qu’on faisait. Je ne crois pas qu’on aura vraiment besoin de leur donner des détails par-dessus le marché. Mais non, je ne pense pas que ça soit une bonne idée de leur raconter ça. dit Kate en levant les yeux au ciel lorsqu’il lui demanda. Voilà qu’il la prenait pour une folle. Au moins, il ne s’était pas braqué à l’idée des petits-enfants. Du moment que nos enfants ne sont pas tous aussi têtus que toi, on devrait survivre sans trop de mal. ajouta-t-elle avec un grand sourire, juste histoire de l’emmerder un peu plus. Ce n’était peut-être pas très gentil, mais bon sang que ça l’amusait!

Elle avait été vraiment bête de croire que l’homme qui la soutenait et voulait absolument la ramener au village verrait d’un bon œil qu’elle veuille faire disparaitre le cadavre et les traces de leur passage dans le coin. Avant même de le proposer, Kate avait su que James ne serait pas d’accord, mais s’il s’imaginait qu’il arriverait à la convaincre de renoncer à cette idée, il se mettait un doigt dans l’œil. S’il y avait une chose pour laquelle Kate allait s’entêter aussi longtemps qu’il le faudrait, c’était bien celle-là. Jamais elle ne permettrait qu’on remonte jusqu’à James dans ses ennuis. Et ce, même s’il disait lui-même qu’il ne pouvait pas être dans le secret plus qu’il ne l’était là. Parfois, il avait le don de l’emmerder quand il s’y mettait. En fait, c’était quand elle savait qu’il avait raison, mais qu’elle savait aussi qu’elle n’en ferait qu’à sa tête…

- Tu as le choix, James. Tu viens avec moi ou je le fais toute seule, mais crois-moi, je ne partirai pas d’ici tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas disparu dans un trou ou qu’il soit complètement cramé. Et je veux être sûre d’effacer toutes nos traces pour qu’on ne remonte pas jusqu’à t… nous. dit Kate avant de pousser un petit soupir de lassitude. Si… si j’accepte de me faire soigner, toi, tu acceptes de m’aider à effacer les traces? questionna la jeune femme brusquement sans prendre le temps de vraiment réfléchir à ce qu’elle disait.

Elle avait faillit dire «toi». Qu’on remonte jusqu’à elle, c’était une chose, mias jamais Kate n’accepterait que James soit dans le pétrin et doive répondre de ses actes à elle face aux autres. Et avec la chance qui lui était si caractéristique, il l’aurait compris. Ne restait plus qu’à attendre de voir si James allait se décider à saisir la perche qu’elle lui tendait. Kate était prête à faire un compromis, un genre de marché qui ne les satisferait pas complètement tous les deux, mais qui aurait le mérite de leur donner un peu de ce qu’ils voulaient. Elle, c’était de se débarrasser du cadavre dégoulinant et James, qu’elle se fasse soigner par un médecin. A lui de choisir ce qu’il préférait, mais s’il s’entêtait, il ne faudrait surtout pas qu’il compte sur Kate pour ne pas faire de-même de son côté!


WHEN YOU LOVE A WOMAN YOU TELL HER
THAT SHE'S REALLY WANTED
WHEN YOU LOVE A WOMAN YOU TELL HER THAT SHE'S THE ONE
SHE NEEDS SOMEBODY TO TELL HER
THAT IT'S GONNA LAST FOREVER
SO TELL ME YOU EVER REALLY
- REALLY REALLY EVER LOVED A WOMAN?

Have you ever really loved a woman?Vidéo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

| Lost & Insecure |

avatar


James Ford
• Inscrit(e) le : 25/07/2007
• Messages Postés : 8234


A b o u t. M e.
Côté Coeur & Amitiés:
You've got something to say?:
Dans mon sac à dos...:
MessageSujet: Re: Time of dying? | Sawyer Dim 19 Déc - 1:29

James supportait toujours Kate, qui chancelait, faible, alors qu’il tentait de la faire avancer un peu plus. Pour l’instant, cependant, James s’était arrêté, entraînant du même coup la brunette dans son geste. Il lâcha un soupir exaspéré avant de poser un regard combatif dans les yeux verts de Kate. Le blond avait prévu qu’elle réagirait aussi fortement s’il se mettait à douter du pourquoi elle avait agit ainsi. Elle non plus ne pouvait cacher cette exaspération, qu’il pouvait lire dans tous les traits de son regard. Comme la douleur d’ailleurs, qu’il devinait intense, à la limite du supportable. Non pas que Kate se soit plaint depuis le moment où il l’avait retrouvé ici, loin de là d’ailleurs. James ne baissa pas les yeux; il était un combattant qui ne lâchait jamais, qui voulait avoir le dernier mot. Il n’était pas question qu’il laisse tomber, même cette fois. Et puis, bon sang, elle le connaissait, elle devinerait bien les raisons qui l’amenaient à lui poser de telles questions. Il pouvait bien avoir le doute, voulait avoir ce doute pour ne pas risquer que la brunette ne s’engage sur la route tumultueuse de la vengeance. Une route qui n’avait, à son but, aucune récompense et toujours plus de douleur. Il était inquiet; n’avait-il pas le droit avec toutes ces horreurs qui continuaient à déferler sur l’île comme une pluie incessante? Un sourire un peu moqueur s’afficha sur ses lèvres, malgré tout. Il ne pouvait s’empêcher de réagir ainsi lorsque Kate avait ressortie ce petit regard exaspéré qu’elle lui sortait de temps en temps, en bien d’autres circonstances, quand il faisait une de ses remarques dont lui seul semblait avoir le secret.

« Tu crois vraiment que je te sous-estime, Freckles? » commença-t-il, son regard toujours rivé dans le sien, un sourire ironique sur les lèvres. « Ou bien que je suis assez naïf pour pas savoir ce dont tu es capable? » Bon okay, ce n’était peut-être pas le moment le plus opportun pour faire une remarque de ce genre, mais tout de même. Peut-être pourrait-il la faire changer d’avis plus facilement pour le truc des docteurs s’il réussissait à la faire sourire d’une de ses blagues pourries? Les circonstances étaient sérieuses, mais alléger les choses, dédramatiser le tout avait toujours été une des spécialités du blond. Avec les avantages et les inconvénients qui y étaient liées, s’entend. En fait, avec tout ce dont ils avaient passé au travers, il ne pouvait qu’avoir une très bonne idée de ce qu’elle était capable de faire, de jusqu’où elle pourrait aller pour obtenir ce qu’elle souhaitait avoir plus que tout. Il la connaissait quoi, un point c’est tout. James supporta le regard direct qu’elle lui lança, mais ne cru pas au sourire forcé qu’elle tenta de lui vendre plutôt maladroitement. Il ne fut pas déstabilisé et conserva son propre sourire avant de lui répondre, haussant les sourcils. « Tu parles, la Bondgirl. Je ne pense pas qu’ils seront beaucoup au village à regretter que Wong Tong soit mort. Et je fais partie de ces gens-là. »

Il était parfaitement sincère en fait; il ne croyait pas que ce type ait été proche de certains de leurs camarades du village. M’enfin, c’était ce qu’il semblait à James en tout cas. Et puis, comment lui-même pourrait-il le regretter après tout ce qui s’était passé? C’était tout simplement impossible; cet homme ne leur avait jamais rien apporté de bon depuis qu’il le connaissait. Sawyer conserva ses yeux bleus dans les siens et, sous le masque de dur que Kate avait tenté de lui montrer, il pouvait deviner qu’elle n’était pas sans émotions après ce qui venait de se passer. Cela l’affectait; quelle personne normale pourrait affirmer sans aucun doute que tuer un homme, peu importe ce que ce dernier lui avait fait, ne l’atteignait en aucun cas? Un voile de douceur passa à travers son regard; il savait presque exactement ce par quoi la brunette allait passer dans les jours et les semaines à suivre. En fait, il l’avait lui-même vécu. Des images se mirent à flasher devant ses yeux. En quelques secondes, il revit cet homme à Sydney, le vendeur de crevettes qu’il avait tué en croyant dur comme fer qu’il s’agissait du vrai Sawyer. Il sentit de nouveau la pluie chaude de l’Australie tomber sur lui, coulant sur son visage stupéfait alors qu’il venait de se rendre compte qu’il avait tué le mauvais type. Il se rappela la culpabilité qui avait pesé sur ses épaules même une fois sur l’île. Et puis il y avait eu Sawyer, le vrai cette fois. Cet homme-là qui était arrivé sur l’île par une sorte de….miracle. M’enfin, si l’on pouvait seulement donner ce nom à ce qui s’était passé. Il l’avait aussi tué, l’avait étranglé sur une impulsion quand ce dernier s’était moqué de sa foutue lettre, celle qui avait été le combustible de sa vengeance au cours de tout ce temps. Tant de morts sur la conscience….l’on aurait pu penser qu’il avait facilement oublié, mais seuls ceux qui avaient passé par autant d’épreuves que lui et qui avaient dû faire des gestes regrettables pouvaient réellement comprendre. Il lui arrivait encore d’y penser, même des années plus tard. James était donc bien placé pour savoir que la brunette avait beau agir comme si rien ne l’affectait, il savait, tout simplement, que c’était exactement le contraire qui se produisait. Il aurait bien voulu qu’elle n’ait plus à ressentir cette blessure de la conscience, profonde et permanente, mais l’on aurait dit que le destin avait décidé autrement, cette fois. Ce foutu destin, qui faisait jamais comme l’on voulait. Kate semblait prendre tout son temps pour boire, comme si elle voulait gagner quelques secondes, comme si elle était en train de chercher les mots pour expliquer efficacement ce qui s’était passé il y a quelques minutes. James attendit donc avec une patience qui lui était inhabituelle, ou presque, ses yeux bleus ne quittant pas une seule fois les paupières vertes de la brunette. Ce n’était pas qu’il souhaitait lui mettre de la pression pour qu’elle justifie, pour qu’elle explique pourquoi elle venait de tuer un type. En fait, il pouvait comprendre pourquoi elle n’avait pas hésité à le tuer, surtout si c’était pour protéger sa propre vie. Et puis, avec ce qu’il lui avait fait, il n’y avait aucun doute qu’elle n’allait pas rechigner pas à l’attaquer si jamais il osait s’en prendre à elle. Il voulait simplement comprendre ce qui s’était passé, pourquoi ce type l’avait attaqué tout à fait hors de nulle part. Il voulait comprendre un peu mieux ce qu’il avait eu derrière la tête, ce qui s’était passé pour que le tout dégénère ainsi. Alors que James venait de terminer sa question, il lui semblait, à l’expression de la brunette, que celle-ci l’avait vexée. Comme de fait, le discours qu’elle lui tint, tout comme ses traits exaspérés, ne firent que lui confirmer davantage sa théorie.

« C’mon Freckles, je t’ai pas demandé de lui faire une psychanalyse avant de le tuer, je voulais juste savoir ce qui s’était passé et si tu avais des infos sur le pourquoi il aurait pu t’attaquer! » s’exclama James sur le même ton qu’elle en roulant des yeux. « Pourquoi tu penses que je te pose des questions? Je veux savoir pourquoi la situation a dégénéré comme ça, merde! » termina-t-il, espérant que le ton ferait mieux comprendre à Kate ce qu’il avait voulu dire par ces derniers mots. Et bien….il n’y avait que les femmes pour interpréter de cette manière les paroles qu’il avait dites, comme si elles avaient besoin d’analyser chacun de ses foutus mots. Mais….c’est bien pour ça qu’il les aimait, qu’il l’aimait et qu’il n’avait pu se passer de ces femmes tout au long de sa vie^^.

La discussion revint au sujet de ces foutus docteurs. Bon sang, comme Jack était capable de lui polluer sa vie même quand il était à des kilomètres de distance, c’était incroyable. James grogna; il ne pensait pas qu’il serait facile de convaincre Kate, alias madame j’ai la tête dure comme de la roche, de se rendre jusqu’au village pour se faire soigner. Cependant, il y tenait et il savait que Jack aurait agit de la même façon. Ils n’allaient quand même pas la laisser se vider de son sang pendant des heures en plein milieu de la jungle, non? Elle n’allait quand même pas se laisser mourir à cause d’un foutu chinois? Et puis merde, qu’elle n’essaie pas de lui faire croire que Jack ne ferait pas n’importe quoi pour la sauver elle, peu importe l’histoire bidon que James allait pondre! Ses années d’arnaques ne serviraient donc pas à rien finalement…Peut-être que le doc lui poserait des questions, par la suite, mais bon, James trouverait nécessairement un bon moyen de les éviter ou de fournir des réponses tout aussi bidons que son histoire. Alors pourquoi la brunette ne voulait-elle pas croire à son idée? Était-ce par peur d’inquiéter le bon vieux docteur? De l’impliquer dans des saletés que seuls ces deux-là pouvaient provoquer? Peut-être le croyait-elle trop blanc pour pouvoir l’impliquer…alors que le bon vieux Sawyer, lui, était déjà assez « screwed up » comme cela, qu’il soit dans un truc louche de plus ou de moins ne ferait pas grand différence…De toute façon, sa vie était déjà en grande partie bousillée par cette saleté de passé, passé qu’il ne pouvait plus changer désormais, alors quelle différence ça ferait? Il ne put retenir un pincement au ventre à ces pensées, qu’il s’efforça d’écarter rapidement. Il ne devait pas perdre son temps à s’imaginer des scénarios sans avoir de réponse de la brunette. La dernière fois qu’il l’avait fait, qu’il avait pensé à ce qui se passerait si Clementine se faisait enlever, cela s’était effectivement passé….Et un autre pincement au cœur fit son apparition, plus prononcé cette fois, lorsqu’il évoqua en pensées ce souvenir précis. Pour revenir à la discussion; il faut dire que Sawyer était prêt à absolument tout pour que Kate se rende au village et voit un docteur. Elle n’aurait qu’à bien se tenir la brunette si elle voulait résister à sa tête de cochon. À bien y penser, d’ailleurs ils faisaient tous les deux une bien belle paire de têtes incroyablement dures.

« Ho et puis, neurochirurgien, chirurgien plastique ou dentiste, ça change quoi au juste? Ça reste un docteur quoi » lui répliqua-t-il sur un ton qui montait un peu en énervement. James soupira, se sentant presque coupable, lorsque Kate baissa les yeux. Il bougea son corps de manière à la soutenir davantage, provoquant entre eux une friction parfaitement tangible. Mais ce n’était surtout pas le moment de se laisser aller aux hormones; quel homme serait assez sadique pour coucher avec une femme qui est en train de se vider dans son sang? Assez gore, quoi. Sawyer la força doucement à relever la tête et poursuivit avec une détermination sans bornes, le regard plongé dans le sien. Il haussa les sourcils « Tes problèmes Shortcake? Je te signale que tu le veules ou pas, je suis maintenant impliqué dans TES problèmes. Ils deviennent donc NOS problèmes, ce qui fait que j’ai aussi mon mot à dire. Génial, non? » Il avait prononcé les derniers mots sur un ton sarcastique, tout en soulignant le fait que quoiqu’elle fasse, il était maintenant aussi impliqué dans sa situation. Il voulait l’aider à s’en sortir, merde, il voulait juste la faire soigner et essayer de lui éviter d’être plongée dans les problèmes jusqu’au cou. Le plus possible en tout cas. C’est tout. Elle l’avait impliquée dans ses problèmes, sans le vouloir, oui, mais tout de même, ce qui était fait était fait. Elle ne pouvait plus reculer et faire comme s’il n’était jamais venu voir ce qui se passait. Kate allait être prise avec lui sur le dos pour l’aider à se sortir de là, ce qui lui donnait le droit de dire son mot quant à ce qui était à faire. Bref, il espérait seulement qu’elle comprenne qu’il voulait l’aider, pas la forcer à faire quoi que ce soit. Cependant, James n’avait que très peu d’espoir que les choses aillent comme il l’avait souhaité, surtout avec un caractère comme le sien. « Je t’avertis Kate, si tu est suicidaire et que tu veux réellement rester là à te vider de ton sang, ça va très mal aller pour toi. Et compte pas sur moi pour appuyer ça. » Il voulait qu’elle reste en vie…était-ce trop demandé quoi? Même après des trois mois de paix, bien des disputes pouvaient encore exister à cause de leurs foutus caractères. C’était même presque inévitable.

L’ambiance s’adoucit pourtant profondément lorsque vint la projection dans l’avenir de Kate. Malgré le fait que bien de l’eau avait coulé et qu’il avait maintenant une petite famille, James ne pu cacher complètement le fait qu’il était encore inconfortable à parler du futur. Il avait encore bien du mal à s’imaginer plus tard, autour d’une table entourée d’enfants….Il savait que Kate devinerait son trouble, même s’il avait encore une fois tenté de le cacher derrière la plaisanterie. Elle semblait s’amuser tout de même, mais l’attitude du blond traduisait bien son inconfort sur le sujet, peu importe les moyens qu’il prenait pour le cacher. Il évita de répondre à ses répliques précédentes, bien qu’il avait tenté pendant quelques secondes d’imaginer à quoi pourrait bien ressembler leurs enfants s’ils en avaient un jour. Bon sang. Non, il en était incapable; peut-être en était-il pas rendu là….ou bien en avait-il déjà assez à s’habituer avec Clementine? « Moi ça? Je suis pas têtu voyons, beaucoup moins que toi. On pourrait casser une pierre sur ta tête tellement elle est dure » plaisanta-t-il en tentant subtilement de s’éloigner du sujet pour cacher son léger malaise. Il soupira et, écarta ses yeux des siens pour la première fois en plusieurs minutes, fit quelques pas en avant. James écarta ses lèvres en un sourire moqueur, à demi sincère, mais semblait aussi légèrement forcé. Non, mais il n’était quand même pas pour la laisser s’amuser ainsi là! « Tu sais Freckles….je pense que t’es la seule femme que j’ai connu qui a le goût de parler d’enfants pendant qu’elle se vide de son sang » ajouta-t-il, histoire de se moquer d’elle autant qu’elle semblait être en train de le faire avec lui. Bon okay, c’était légèrement morbide comme réplique, mais plutôt réaliste quoi. M’enfin, quand même. Il faut avouer que c’était légèrement étrange de parler enfant avec un corps mort à quelques mètres derrière eux et une femme qui se vidait de son sang. C’était comme si tout dans les circonstances avaient été mis en place pour accentuer le malaise de Sawyer. Mais en même temps….avaient-ils seulement déjà faits les choses comme tous les autres? « Et puis c’est quoi miss, tu trouves que Clem me donne pas assez de job comme ça? » continua-t-il sur cet air à la fois moqueur et empli de malaise, bien qu’il tente de paraître sûr de lui.

C’est ce moment que choisit Kate pour lui lancer un ultimatum au visage, ce qui eut pour effet d’exaspérer davantage James. Non, mais qu’est-ce qui lui prenait? Prenait-elle tous ces risques pour ne pas qu’ils remontent jusqu’à lui? Était-ce ce que cachaient véritablement ses gestes? En tout cas, c’était ce que son lapsus suggérait. Cette fois, James allait devoir monter le ton pour qu’elle écoute ses foutus conseils. Il ne lui donnerait pas le choix. « Dam nit Kate, tu te rends compte que t’es pas en état de me foutre un ultimatum au derrière? Non mais c’est quoi qu’il te prend au juste? Ta vie est moins importante que ce corps-là? On s’en fout Kate, on s’en fout si ces types au village remontent jusqu’à moi! J’en ai vu d’autres et tu le sais! Non, mais j’ai vu des trucs bien pires, ça changerait quoi à ma foutue vie si les autres apprenaient que je suis peut-être relié à la disparition du type bridé? Ils savent déjà je suis qui, merde, ils savent déjà que je suis pas un saint! Et de toute façon, je te l’ai dit, je reviendrai enterrer ce con si c’est ce que tu veux! D’ici là, je ne pense pas que quelqu’un le trouvera. On sera seulement absents quelques heures quoi! » commença-t-il, ses yeux bleus s’enflammant sous l’effet des mots qu’il prononçait. Non, mais il était pas question qu’elle mette ce japonais devant sa propre vie! Il n’est pas question qu’elle risque sa vie pour le protéger lui! Il ne méritait pas d’être protégé, il n’en avait pas besoin non plus, de toute façon. James prit une pause, comme pour lui laisser le temps d’assimiler ses mots, puis il reprit, plus doucement cette fois avec une pointe de tendresse indéniable. « Hey, Freckles. Arrête tes conneries et viens avec moi jusqu’au village. On va s’arranger et tout va bien se terminer. JE reviendrai pour effacer les traces, c’est tout. Ce corps-là va aller à nulle part, tu sais. » Il ne voulait pas la forcer, mais n’était quand même pas non plus pour la laisser se vider de son sang et dépenser toute son énergie pour enterrer ce pauvre type. Elle devait venir avec lui; il allait s’arranger pour la couvrir, que le doc la croit ou pas, et trouverait une raison pour s’aventurer de nouveau dans la jungle et effacer les traces. Simple comme tout. Il savait qu’il risquait gros en s’objectant, comme il savait qu’ils avaient la tête dure et ne laisseraient tous deux pas tomber facilement. Il était toujours prêt à se battre. Pour sa vie à elle. Pour ne pas avoir à la perdre une seconde fois.







Time is gonna take my mind and carry it far away where I can fly
My eyes are on you they're on you and you see that I can't stop shaking no, I won't step back but I'll look down to hide from your eyes 'cause what I feel is so sweet and I'm scared that even my own breath Oh could burst it if it were a bubble and I'd better dream if I have to struggle so I put my arms around you around you and I hope that I will do no wrong my eyes are on you they're on you and I hope that you won't hurt me Dancing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lost-reversed.activebb.net




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Time of dying? | Sawyer

Revenir en haut Aller en bas

Time of dying? | Sawyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Reversed RPG :: Dangerous places; you don't wanna go there. :: La jungle-

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit